Tous les articles dans "Politiques culturelles" :

> Un nouveau syndicat CGT pour les personnels des Écoles Territoriales Supérieures d’Art
5 avril 2016

> Culture et Front national.
30 juillet 2015

> contre la fermeture de l’école des Beaux Arts de Perpignan
20 décembre 2014

> À quand un vrai ministère de la Culture dans un vrai gouvernement de gauche ?
19 juin 2014

> Lettre ouverte à François Hollande
21 février 2014

> Je marche pour la culture
14 février 2014

> BUDGET DE LA CULTURE 2014 EN BAISSE
6 novembre 2013

> La place des femmes dans l’art et la culture
23 juillet 2013

> éducation artistique et culturelle
28 mai 2013

> LES 27 RECOMMANDATIONS DE LA MISSION DES DÉPUTÉS SUR LES MÉTIERS ARTISTIQUES
11 avril 2013

> Changer de politique pour l’égalité des droits
11 novembre 2012

> Réponse de François Hollande à l’adresse du SNAPcgt
6 juin 2012

> pétition pour la création artistique
19 mars 2012

> ADRESSE AUX CANDIDATS POUR LES ARTS VISUELS
20 février 2012

> APRES L’INDUSTRIE ET L’UNIVERSITÉ, C’EST AU TOUR DE F. MITTERRAND DE PASSER UN CONTRAT AVEC LE MEDEF SUR LA CULTURE...
15 décembre 2011

> Mécénat culturel : en chute libre.
19 mai 2011

> ENTRETIENS - ATELIERS des arts plastiques - Lettre ouverte du SNAPcgt au Ministre de la Culture
15 mars 2011

> mobilisation contre le Forum ministériel « Culture pour chacun »
19 janvier 2011

> Lettre au ministre de la culture
27 mars 2010

> culture en danger
28 janvier 2010

> La privatisation du regard
10 décembre 2009

> JOLI PAQUET "EXEMPTION SOCIALE" pour les diffuseurs d’oeuvre d’art
12 juillet 2007

> CADEAU DE DEPART DU GOUVERNEMENT UMP AUX GALERISTES : C’est le Ministère de la Culture qui paye la baisse de leurs contributions sociales !
10 avril 2007




© SNAPcgt 2006
conception graphique : GL
réalisation du site : Clm + SPIP
 
puce  Culture et Front national.
Écrit par Guillaume Lanneau le 30 juillet 2015 à 23h26
Deux termes aussi antinomiques que l’intelligence et la connerie. Une énième preuve nous est apportée par le Député-Maire de Fréjus lors du conseil municipal du 21 juillet dernier : « La ville finance en grande partie le loyer d’un certain nombre de ces dames et messieurs [...] Il y a un minimum de retour [...]. Le débat va s’arrêter ici : soit cela se passe bien et tout le monde est d’accord pour participer, soit je mets un terme à cette histoire où l’on paye des loyers à tout le monde. » En l’espèce, il s’agit de 15 ateliers dans une ville de 52 000 habitants. Son idée lumineuse est de rendre enfin utiles ces fainéant-e-s d’artistes en échangeant la modicité de leur loyer d’atelier contre un accueil « bénévole » et forcé des enfants dans leurs ateliers dans le cadre de l’aménagement des rythmes scolaires. Sans se soucier un instant de l’adéquation des locaux, ni de la responsabilité civile que cela suppose et encore moins de la formation nécessaire à la prise en charge de ces jeunes publics... ce serait trop en demander. Faut-il rappeler (la réponse est dans la question) que si les auteurs bénéficient, bien trop rarement, d’ateliers à prix modéré, c’est uniquement parce que ni le marché de l’art ni les institutions publiques ne leur permettent de vivre de leur métier alors que l’art, sous toutes ses formes, est un élément essentiel du vivre ensemble et de l’émancipation ? À ce titre, la ville de Fréjus applique-t-elle le droit de présentation publique pour rémunérer le travail artistique ? Mesurons le danger que cette idéologie réactionnaire représente et des dégâts qu’elle génère. Ne lâchons rien !